OBRA, POLOGNE
09-07-2019

Aujourd’hui, les inter-capitulaires sont entrés dans la deuxième et dernière journée de la retraite animée par le P. Vlastimil KADLEC. La retraite est centrée sur l’expérience des deux disciples sur le chemin d’Emmaüs. Ce deuxième jour, les intercapitulaires ont été invités à se pencher sur le passé et aussi sur l’avenir. Les expériences actuelles peuvent être influencées par ce qui est survenu dans le passé et elles peuvent également être conditionnées par l’espoir de l’avenir. Vivre une vie vraiment chrétienne, c’est vivre dans le présent, a dit le P. Vlastimil aux inter-capitulaires. Les chrétiens sont invités à utiliser leurs expériences passées et leurs espoirs pour l’avenir comme des structures de soutien d’un présent signifiant. La célébration eucharistique présente la dimension du passé, le dernier repas, a aussi une dimension eschatologique dans l’attente du retour de notre Sauveur. Le P. Vlastimil a insisté sur le fait que ces deux dimensions doivent aider à éclairer notre vie dans le moment présent.

Les disciples d’Emmaüs ont présenté au Seigneur ressuscité leurs déceptions, leurs doutes et leurs déceptions. Pour la croissance spirituelle, le P. Vlastimil a invité les intercapitulaires à ne pas avoir peur de remettre en question tout ce qu’ils prenaient pour la vérité absolue. Les Oblats ne devraient pas avoir peur de remettre en question leur foi, leur vie personnelle et communautaire. Le processus de remise en question de nos réalités conduit à une amitié vraie et profonde avec le Christ.

Les Pères Louis DIEDHIOU, Paulus KHAN et Adriano TITONE ont partagé leurs expériences d’interculturalité, de dialogue interreligieux et de nouveaux visages des pauvres respectivement. Leurs témoins ont illustré comment la Congrégation répond aux appels du 36e Chapitre général dans différentes parties du monde oblat.

Avant la célébration eucharistique qui a conclu la journée, les intercapitulaires ont été invités à entrer dans l’expérience d’Emmaüs. Ils ont été envoyés deux par deux pour écouter l’histoire du salut « zikkaron » des uns et des autres, pour partager leurs joies et leurs défis, et enfin pour louer tout ce que le Seigneur a fait pour leurs unités.