OMIWORLD



À l’approche du 163ᵉ anniversaire de la naissance ai Ciel de notre cher fondateur, Saint-Eugène de Mazenod, le 21 mai, nous nous trouvons à la croisée des chemins entre réflexion et action. Cette date n’est pas seulement un jour de fête dans le calendrier liturgique de l’Église, mais pour notre famille charismatique, c’est un « appel à l’action » annuel. L’amour passionné de Saint-Eugène pour le service des pauvres, son sens profond de la communauté et son dévouement à vivre les conseils évangéliques sont aussi stimulants aujourd’hui qu’ils l’étaient de son vivant. Parmi les nombreuses vertus qu’il a illustrées tout au long de sa vie, son esprit de générosité résonne particulièrement fort dans notre monde contemporain, marqué par les conflits, l’individualisme et la menace qui pèse sur notre maison commune. Le monde a besoin de modèles de générosité authentique, d’amour et, surtout, de courage.

Un appel à la générosité

Saint-Eugène doit être reconnu comme un « prêtre des pauvres » et un modèle de générosité. Sa vie terrestre a été l’incarnation même de la générosité désintéressée et du courage, un pèlerinage consacré à Dieu, à l’Église et aux plus abandonnés. Il est le modèle du pèlerin de l’espérance en communion. Sa mission était claire : évangéliser les pauvres et être évangélisé par eux. Cette relation à double sens avec les pauvres et leurs multiples visages reste une source d’inspiration pour notre mission actuelle. Dans un monde marqué par la division, l’inégalité et la famine spirituelle, notre mandat est clair : nous devons construire des ponts, voir le Christ dans chaque visage et être le Christ pour les autres. Nous devons avoir le courage de rencontrer l’autre dans sa souffrance, sa douleur et sa lutte pour trouver et donner l’espoir. Cette mission ne se limite pas aux murs de nos églises ou de nos communautés — c’est un appel urgent à l’action! Cet appel nous tire du lit chaque matin, nous propulsant vers l’avant dans l’amour d’un monde qui souffre et qui a besoin de l’amour du Christ. Le pape Benoît XVI nous a rappelé que « la participation personnelle et intime aux besoins et aux souffrances de l’autre devient ainsi un don de soi : pour que le don n’humilie pas l’autre, je ne dois pas seulement lui donner quelque chose de moi-même, mais également me donner moi-même ; je dois faire partie du don en tant que personne » (Deus Caritas Est, 34).

Un sermon vécu à haute voix

Eugène a répondu généreusement à la voix de Dieu dans les pauvres et les plus abandonnés. Il était un homme dont la vie était un sermon vécu à haute voix. Son appel à « prêcher, prêcher et, si nécessaire, utiliser des mots » résume l’essence de sa sainteté : une poursuite sans relâche de la charité, de la compassion et du zèle pour les âmes. Comme une Mère Pélican, Saint-Eugène a consacré sa vie avec passion à l’amour des pauvres, des marginalisés, des jeunes et des personnes âgées, ainsi que de ceux que l’on croyait oubliés. Il a répondu courageusement à l’appel urgent à l’action de son temps et a inspiré les premiers missionnaires à le rejoindre dans cette mission.

Une mort heureuse

Le pèlerinage terrestre de Saint-Eugène prend fin le 21 mai 1861, et en présence de ses compagnons, il rend son dernier souffle, non sans leur avoir rappelé : « Si je m’endors, réveillez-moi, car je veux mourir conscient ». Même dans la mort, Eugène veut partager son espoir d’une « mort heureuse ». Son approche holistique de l’évangélisation, enracinée dans la compassion, la générosité et le partage communautaire, est un modèle pour notre mission aujourd’hui. Attachons-nous fermement à ses dernières paroles : « Parmi vous, la charité, la charité, la charité en tout temps et le zèle pour les âmes ». La charité, la générosité et la culture du partage commencent dans nos communautés.

La générosité humanise

Saint Eugène a laissé un héritage de sacrifice et de générosité qui continue à inspirer des générations. Sa vie nous rappelle la vérité fondamentale que le partage et la générosité nous humanisent. Ils construisent un pont entre le divin et notre existence terrestre. Comme le dit le célèbre proverbe zoulou : « Umuntu, ngumuntu, ngabantu » (une personne est une personne grâce à d’autres personnes). Aujourd’hui, Saint-Eugène continue à nous mettre au défi d’incarner un esprit de générosité et d’embrasser une culture du partage, d’étendre nos mains et nos cœurs au-delà des limites de nos cercles immédiats, et de tisser une toile d’amour qui attire et embrasse toute la création de Dieu. La générosité naît dans le cœur humain. En tant que membres de la famille charismatique, nous devons donner l’exemple de cet « évêque au cœur grand comme le monde ».

L’engagement dans notre mission apostolique

La pratique du partage nous ramène aux Évangiles, à la communauté de Jésus et de ses apôtres, qui partageaient leur vie entre eux et avec les pauvres. Saint Eugène a adopté le modèle de la vie partagée pour ses premiers missionnaires à Aix. Il a aussi invité d’autres personnes, comme les jeunes, à faire partie d’une vie partagée. Je veux encourager nos jeunes Oblats à cultiver une culture de partage et de générosité. Nous devons reconnaître que l’accumulation et l’égoïsme ne construisent pas un monde nouveau tel que l’envisageait Saint-Eugène. Cette célébration de sa vie renouvelle notre engagement à vivre les vertus de la charité, de la générosité et du zèle.

Soyons courageux dans l’acceptation du changement, innovateurs dans notre partage de la Bonne Nouvelle et inébranlables dans nos efforts pour construire un monde marqué par l’amour divin et l’unité.

J’invite chacun d’entre vous à réfléchir à la vie de Saint-Eugène et à s’inspirer de son sens de la foi, de son dévouement et de sa charité. Que sa vie nous motive à partager plus profondément, à aimer plus ouvertement et à servir généreusement !

Demandons l’intercession de Saint-Eugène pour continuer à grandir dans la sainteté et le dévouement à notre mission. Que son esprit nous guide dans nos efforts pour vivre les valeurs qu’il a épousées, en ouvrant la voie à un monde plus compatissant et plus uni !

Pour conclure, j’exprime ma profonde gratitude pour votre dévouement continu à notre mission commune. Ensemble, en tant que famille charismatique, suivons les traces de notre fondateur, inspirés par sa vie et soutenus par ses prières.

P. Kapena M. Erastus SHIMBOME, OMI
Conseiller général pour l’Afrique-Madagascar