BANGLADESH

P. Ajit Victor Costa, OMI

Le 21 décembre, après 10 heures de Bus-Journey, je suis arrivé à la paroisse de St Paul, Katadanga, à 18 h 45. Le père Rocky Costa, OMI, curé de la paroisse, m’a accueilli, en maintenant la sécurité sanitaire. COVID-19, la pandémie, nous a constamment appris de nouvelles leçons. « Stay safe and Keep safe others ». J’ai voyagé en bus public. « Votre chambre est prête », « attendez quelques minutes », l’eau chaude sera fournie pour la douche, m’a-t-il dit. « Dadu, un homme âgé, faisait bouillir de l’eau en utilisant des feuilles comme bois de chauffage », je l’ai vu à mon arrivée. Je suis allé dans ma chambre, ; au bout de 10 minutes, un seau d’eau chaude est arrivé. Au milieu de « COVID-19 » et de « Cold », j’ai pris une douche rafraîchissante. J’avais besoin d’un bain d’eau chaude. Maintenant, c’est la saison d’hiver au Bangladesh. Les pauvres villageois peuvent difficilement avoir ce confort !

Sr. Lila et le P. Ajit sont sur l’itinéraire de Noël au milieu d’un matin brumeux.

À table, le père Rocky m’a donné le « Programme quotidien des messes de Noël », qui commence le 22 décembre et se poursuit jusqu’au 25 décembre. Quelques autres instructions importantes ont également été ajoutées : une religieuse ou une catéchiste m’accompagnera chaque jour, un chauffeur de camion (à trois roues, fonctionnant à piles) m’amènera dans les villages ; des kits de masse et des huiles de baptême devront être portés, mettez vos vêtements chauds, nous couvrirons tous les deux presque tous les villages, nous dirons la messe de Noël, etc.

Une vue typique du village

A partir du 22 décembre, avant même la naissance de Jésus en Calendrier Romain, comme mentionné dans l’Ordo, nous avons commencé la « Joyeuse Célébration de Noël », la naissance d' »EMMANUEL », en disant les 3/4 de la Messe quotidienne. Sur 32 villages catholiques et 4 villages de catéchumènes, nous avons offert des messes dans 24 villages. Les autres n’ont pas été oubliés. Selon le plan, ces villageois ont participé à la messe de Noël, à proximité de leur village.

Protéger les vaches du froid, recouvert d’un sac en jute.

Les Oblats ont pris en charge cette paroisse en 2009, sous le diocèse de Rajshahi, seulement avec 9 villages catholiques. Au fil des ans, Dieu nous a énormément bénis pour ajouter de nouveaux villages par une solide évangélisation. Les indigènes Uraon, Santal et Pahari sont des bénéficiaires du catholicisme. Ce sont les plus défavorisés et ceux de la périphérie, les nouveaux visages des pauvres. Ils suivent la religion traditionnelle. Le catéchuménat, la formation de la foi, l’éducation, la sensibilisation à la santé, les développements socio-économiques et culturels sont les priorités des missions OMI. Leur simplicité, leur hospitalité, leur foi profonde et simple m’ont profondément touché.

Village de Tetolia – Messe à la cabane-chapelle

Nous avons tous les deux dit des messes de Noël dans une maison ou dans une chapelle « en forme de hutte » (faite de tôle, de mur de boue et de bambou). Mon cœur a résonné de « la joie bethléemique » ! Ils espèrent que Dieu aura la bonté d’exaucer leurs prières pour avoir une bonne chapelle à l’avenir grâce à des bienfaiteurs au grand cœur.