Comité interne pour la mission

L.J.C. et M.I.

Chers Frères Oblats et tous ceux qui vivent le charisme de saint Eugène,

« Béni soit Dieu le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a accordé toutes les bénédictions spirituelles du ciel dans le Christ ! » (Ephésiens 1,3)

Notre Supérieur général, le P. Louis Lougen, OMI, a donné au Comité interne pour la Mission du Gouvernement Central privilège d’écrire cette lettre à la Congrégation en cette fête bénie de Marie, afin que nous puissions partager avec vous tous la bénédiction et la joie d’une nouvelle mission que la Congrégation a acceptée !

J’ai entendu la voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? Qui ira pour nous ? » (Isaïe 6:8)

Il y a un peu plus de deux ans, Mgr Emmanuel Kofi Fianu, SVD, évêque du diocèse de Ho au Ghana, a écrit pour inviter les Oblats de Marie Immaculée à ouvrir une mission dans son diocèse, en nous confiant un sanctuaire marial dédié à Notre-Dame de Lourdes.  Mgr Fianu a connu les Oblats pendant son séjour à Rome, alors qu’il était secrétaire général de la Société du Verbe Divin, et a également été impliqué dans VIVAT, un réseau international de Congrégations Religieuses travaillant sur les questions de JPIC aux Nations Unies, dont notre congrégation est membre associé.  Connaissant la dimension mariale du charisme des Oblats, il a exprimé la conviction que les Oblats « peuvent transformer le sanctuaire en un véritable sanctuaire de rencontre mariale pour les jeunes du diocèse qui sont en quête d’une rencontre avec Dieu à travers notre mère Marie ».[1]   Il a également noté dans sa lettre la quasi-absence d’instituts religieux masculins dans son diocèse, qu’il considère comme une « pauvreté à laquelle il faut remédier pour rendre évidente la mission universelle de l’Église ». L’évêque s’est également montré ouvert à ce que les Oblats puissent éventuellement fonder une mission particulière dans le diocèse, une ouverture précieuse pour évangéliser de nouveaux visages de pauvres, et être évangélisés par eux.

La République du Ghana est un pays situé le long du golfe de Guinée et de l’océan Atlantique, dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest.  Sa population est d’environ 30 millions d’habitants, dont 13 % environ sont catholiques.  L’anglais est la langue officielle, mais le français est également enseigné dans les écoles.  Il existe aussi 11 langues locales officielles.

Le diocèse de Ho est en grande partie agricole et pauvre.  Le sanctuaire marial est situé dans la ville d’Agbenoxoe, Kpando.  On peut dire qu’il se trouve à la périphérie du diocèse et qu’il est situé au bord d’un lac. Le sanctuaire a été fondé il y a 63 ans ; il est le principal lieu de pèlerinage du diocèse chaque année, ayant comme point culminant la fête de l’Immaculée Conception le 8 décembre et rassemblant environ 4000 personnes lors d’une veillée nocturne.

La grotte est également reliée à une paroisse rurale avec trois postes de mission, et l’évêque voit les Oblats prendre soin de la paroisse et l’aider à développer sa propre identité pastorale.  Il existe déjà des installations dans la résidence des prêtres de la grotte, le chemin de croix, les douches et les toilettes de base pour les pèlerins et l’église paroissiale.

Au cours des deux années qui ont suivi la lettre du P. Fianu et la visite subséquente à la Maison générale, le gouvernement central a entrepris un processus de discernement guidé par le document de notre Congrégation intitulé Discerner et Soutenir la Mission Oblate. Deux d’entre nous ont visité le sanctuaire et la paroisse, ont engagé un dialogue avec l’évêque et d’autres responsables, et ont fait l’expérience directe de la piété et de l’énergie du pèlerinage diocésain annuel au sanctuaire de Lourdes les 7 et 8 décembre !  Nous avons délibéré au sein du comité interne et lors des Sessions Plénières du Conseil Général.  Nous avons consulté les Conférences Régionales et d’autres personnes qui pouvaient nous apporter une contribution précieuse.  Plus important encore, nous avons prié dans une « …ouverture totale à l’appel de l’Esprit… »[2] pour l’aide de Marie notre Mère, et l’inspiration de saint Eugène de Mazenod.

« Me voici », dit Marie ; « Je suis la servante du Seigneur… » (Luc 1,38)

Enfin, en octobre de cette année, au cours du mois consacré à la Mission et à notre dévotion à Marie à travers le Rosaire, le Supérieur Général et le Conseil ont accepté en principe l’appel à la mission dans le Diocèse de Ho, au Ghana, faisant écho à l’humble et confiant « Oui » de Marie à l’invitation de Dieu.

En ouvrant cette nouvelle mission, nous voulons être dans une nouvelle écriture d’une « nouvelle page de l’Évangile avec créativité et audace mazenodiens »[3] dans les premières années du troisième siècle de la vie de notre Congrégation.

L’église locale de Ho, par l’intermédiaire de l’évêque, nous appelle à répondre aux besoins missionnaires perçus – témoigner de la vie religieuse et de la mission universelle de l’Église, promouvoir une authentique spiritualité mariale et développer une communauté pastorale à la périphérie du diocèse.  Nous espérons ainsi poursuivre « le cheminement commencé par le Fondateur, un homme qui a aimé Jésus passionnément et l’Église inconditionnellement… ».  C’est à cela que nous invite le pape François, reprenant les paroles de Paul VI lors de la béatification d’Eugène, dans son message aux participants du 36e Chapitre général du 7 octobre 2016.

Nous accomplirons une mission dans et à travers une communauté apostolique qui témoignera de la valeur et de la place de la vie religieuse dans l’Église.  Conformément au mandat du dernier Chapitre Général, nous veillerons à ce que cette communauté adopte « l’interculturalité comme style de vie, comme manière d’être en mission ».[4]

Nous rappelons que, d’une certaine manière, la pastorale des sanctuaires mariaux était un ministère privilégié au début de notre Congrégation.  « Un tiers des œuvres oblates acceptées par le Fondateur étaient des sanctuaires… Il considérait ces sanctuaires comme une « mission non itinérante », et les pèlerinages devenaient des occasions de réfléchir à certaines vérités, d’arriver à la conversion et de mieux vivre la vie chrétienne… »[5]

En cette année où nous célébrons le 25e anniversaire de la canonisation de saint Eugène de Mazenod, nous pensons que cette nouvelle mission dans un sanctuaire marial continue l’héritage de saint Eugène « pour éveiller dans les âmes un amour éclairé de Marie »[6] dans le service aux pèlerins, tout en gardant à l’esprit la Congrégation et les innombrables besoins du monde d’aujourd’hui dans nos prières par l’intercession de Marie.

La mission permet une collaboration avec les laïcs, le clergé local et d’autres religieux, et nous donnera également l’occasion d’inviter des vocations à la vie religieuse missionnaire oblate.

La statue mariale au sanctuaire.

Enfin, cette ouverture de mission à Ho (une localité qui partage des frontières avec le Togo) peut aussi être un tremplin pour nous permettre d’explorer de futures possibilités missionnaires pour un ministère spécifiquement oblat, au Ghana ou dans les endroits voisins, en gardant à l’esprit que, « où que notre ministère nous mène, nous nous efforcerons d’inculquer une véritable dévotion à la Vierge Immaculée qui préfigure la victoire finale de Dieu sur tout mal »[7].

La joie de l’évêque Fianu était palpable dans sa réponse à notre acceptation de cette mission – il l’a comparée à la réalisation par saint Paul de l’appel de Dieu à prêcher la Bonne Nouvelle en Macédoine, après avoir vu la vision d’un homme qui se tenait debout et le suppliait : « Viens en Macédoine et aide-nous ! (Actes 16,9) ».  En réponse à la lettre de l’Assistant général chargé de la mission, l’évêque Fianu avait écrit : « Vous ne pouvez pas imaginer ma grande joie et ma gratitude envers Dieu lorsque j’ai reçu votre courriel il y a quelques jours.  C’est une bonne nouvelle et je suis vraiment reconnaissant que vous ayez entendu notre appel à venir en République du Ghana. Votre venue dans le diocèse est un accomplissement de la prière pour offrir à notre peuple le visage universel de l’Église ».[8]

Nous sommes conscients des défis que représente le lancement de cette nouvelle entreprise, tout comme nous sommes conscients des besoins pressants de nombreuses Unités oblates, mais, comme Marie qui a été conçue sans péché, nous comptons sur la grâce de Dieu qui rend toutes choses possibles pour sa plus grande gloire.

A partir de maintenant, nous travaillerons sur les détails et les dispositions qui donneront corps à ce nouvel engagement missionnaire, en comptant sur le soutien des Supérieurs majeurs, sur la générosité des Oblats qui peuvent être appelés à faire partie de cette nouvelle mission, et sur les prières de tous, afin que nous puissions coopérer avec la grâce de Dieu pour « devenir des missionnaires de miséricorde et d’espérance, des ambassadeurs de la tendresse du visage paternel et maternel de Dieu, comme la Vierge Marie, notre Mère Immaculée, qui médite toutes choses dans son cœur ».[9]

« Vous êtes des Oblats de Marie Immaculée.  Que ce nom … soit pour vous un engagement constant dans la mission ».[10]

Nous prions Marie Immaculée, patronne de notre Congrégation, de nous apprendre à être des disciples missionnaires dans cette nouvelle mission, à nous mettre humblement et pleinement à la disposition de Dieu, et à être des miroirs de l’amour et du don total de soi de Jésus sur la Croix pour le peuple à qui il nous envoie.

Loué soit Jésus Christ et Marie Immaculée ! Bonne fête à tous !

Fraternellement vôtre,

Ramon Maria Bernabe, OMI
Alberto Huamán Camayo, OMI
Guillaume Muthunda, OMI
Peter Stoll, OMI

(Le Comité Interne pour la Mission)

[1] Lettre au Père General Louis Lougen, 25 août  2018
[2] OMI Constitution n° 13
[3] Message du 36e Chapitre général, n° 4
[4] Actes du 36e Chapitre général, n° 62
[5] Lubowicki, Casimir, « Marie », Dictionnaire des valeurs oblates, publié par l’Association d’études et de recherches oblates, Rome (2000), p. 537.
[6] Ibid., p. 538.
[7] OMI Constitution n° 10
[8] Message électronique à l’assistant général pour la mission, le père Ramon Bernabe, 18 octobre 2020
[9] Message du 36e Chapitre général, n° 6
[10] Allocution du Saint-Père, le Pape François, au 36e Chapitre général, le 6 octobre 2016